Courrier au Maire du 18ème

Les débordements de terrases et d'étalage sont un problème constants sur les trottoirs étroits du 18ème et plus particulièrement sur la butte.

Le nouveau règlement de la Ville de Paris fixant les règles d'utilisation de l'espace public est en cours de mise en place, un an après son adoption.

Il en découle une relative amélioration de la situation globale. Mais quelques commerces continuent d'occuper une emprise abusive sur le trottoir au détriment de la circualtion piétonne et des autres commerces qui respectent le règlement.

Le Collectif qui apprécie comme tout le monde le soleil en terrasse insiste cependant pour que l'application du nouveau règlement soit générale pour le bien de tous.

Il a donc envoyé un courrier à Daniel Vaillant Maire du 18ème, pour appuyer cette démarche.

 

 

 

                                                                             " Monsieur le Maire

 

 

 

 

 

 

                                               Depuis son origine, et plus particulièrement lors de l’aménagement de l’espace dit « civilisé » des boulevards, notre association a porté une attention particulière au fonctionnement et à l’aspect des commerces situés dans nos quartiers. L’année dernière, lors des réunions de concertations destinée à la nouvelle rédaction du règlement relatif aux terrasses et étalages, nous avions signalé quelques abus bien caractéristiques de certains établissements. Enfin, dans le cadre du conseil de quartier Montmartre, nous avons souhaité avec d’autres associations comme l’ADDM, et le collège habitants, faire un point complet de la situation, d’une part sous la forme d’une marche exploratoire, et d’autre part lors d’une rencontre avec l’inspecteur de secteur sous l’égide de la municipalité.

 

                                               Un point de situation à ce jour permet de constater un certain nombre de progrès. La Direction de l’Urbanisme ayant envoyé sous forme papier les autorisations d’étalage, un certain nombre de commerces ont disposé ces affiches dans leur vitrine, et respectent scrupuleusement leurs emprises. D’autre part, il semble que les ASP exercent des missions d’inspection et verbalisent certains abus. Au total, on peut constater une amélioration du respect de l’espace piétonnier.

 

                                               Mais il reste beaucoup à faire.

-          Lorsque les affichages ne sont pas effectifs, doit-on conclure à l’absence d’autorisation, ou à une négligence d’affichage des commerces ? cet affichage étant une obligation, comment peut-il être différé aussi longtemps ? et s’il s’agit d’étalage sauvage, comment celui-ci peut-il être toléré ? C’est une distorsion de concurrence bien dommageable aux commerces qui respectent la règle et une incitation de plus à ne pas la respecter.

-          Certaines terrasses sont établies de longue date sur des portions de trottoirs qui au vue du nouveau règlement (et quelquefois de l’ancien), sont manifestement illégales. Outre la concurrence déloyale qui en résulte, c’est une entrave délibérée à la circulation des piétons, quelquefois une mise en danger, lorsqu’il n’y a pas d’autre solution pour passer que de descendre sur la chaussée, et accessoirement une dévaluation de la valeur des logements qui ne peuvent être desservis normalement.

-          Nous ne sous-estimons pas les efforts qui sont entrepris par les services compétents dans ce domaine, mais il nous paraitrait normal, que les demandes formulées dans le cadre d’un conseil de quartier reçoivent une réponse. La communication étant un aspect utile à l’efficacité, et permettrait aussi de rassurer, les habitants électeurs qui ne manquent de signaler ces entraves à leur vie quotidienne et nos adhérents auxquels nous ne savons que répondre.  "



Réagir


CAPTCHA